Le secteur cinématographique suisse est à la croisée des chemins

Cinésuisse, l’association faîtière de la branche suisse du cinéma et de l’audiovisuel, tire la sonnette d’alarme. L’assemblée des membres qui s’est tenue pendant les Journées de Soleure a montré que la forte revalorisation du franc suisse met sous pression les entreprises audiovisuelles et cinématographiques ainsi que le personnel concerné. Les entreprises locales qui ne sont pas subventionnées sont confrontées depuis des années à de graves problèmes face aux productions étrangères bon marché. «La décision prise par la BNS n’a fait qu’aggraver encore plus la situation», constate Matthias Aebischer. On craint que les acteurs suisses financés par des moyens publiques ne donnent encore davantage de mandats à l’étranger. Contrairement à d’autres branches, des conditions cadres spécifiques font actuellement défaut pour soutenir le secteur cinématographique suisse indépendant. Les premières mesures de restructuration sont d’ores et déjà prises et il est à craindre que d’autres mesures drastiques suivent. Le site de production cinématographique et de traitement qu’est la Suisse doit continuer à exister. Cinésuisse entend se battre pour que cela soit le cas et s’engage en faveur de meilleures conditions-cadres.

29.1.2015



Partager